Monthly Archives: juin 2012

Vis ma vie de piéton à Metz…

Les travaux de Metz, on le sait, cela touche beaucoup la circulation (arrêts de bus qui disparaissent, bouchons à toute heure…). Encore hier, on nous annonce 15 mois de travaux encore… »Automobilistes soyez patients »… Et les piétons alors on pue c’est ça? C’est pas important?

Ça nous touchent aussi!!! Mais, je trouve, qu’on a tendance à nous oublier…
Déjà en temps normal, être piéton (par choix ou non), ce n’est pas simple, mais la c’est encore pire !!!
Pour l’avenue de plantières à la place Mazelle : des déviations piétons qui changent régulièrement, parfois, on a même pas le feux pour piéton et par conséquent, pour traverser, on risque de se faire percuter (plus d’une fois cela m’est arrivé). Les travaux (toujours dans cette zone), nous font faire traverser d’un trottoir à un autre (bien sur avec des feux piétons presque toujours au rouge), certains feux quand ils sont au vert, ne laissent même pas le temps de traverser une petite chaussée, qu’il est déjà rouge et vert pour les voitures (pourtant, je marche d’un bon pas…).
Les trottoirs, en plus d’être à certains endroits minuscules, sont remplies de trous et de graviers (fini les talons si on ne veut pas les détruire…).
De plus, à place mazelle, pendant un temps, une partie du « trottoir » n’est pas un trottoir mais un bout de route, et si un automobiliste prend trop serré son virage, il nous taille un short…Souvent, certains feux piétons sont verts comme pour ceux des voitures mais les conducteurs ne font pas attention et encore une fois, on risque de se faire percuter…
Ensuite, de la fin de l’avenue de plantieres jusqu’au pompidou/sortie de gare avenue aux arenes, c’est pareil, on passe d’un trottoir à un autre, des trous et des graviers partout…Et devant le pompidou, pour traverser, c’est le feu pour voiture vert et pour piéton aussi, et plein de bus passent par la, les conducteurs nous voient pas, donc soit on se fait renverser, soit on ne peut pas traverser.
Quand il y a les bouchons, à n’importe quel endroit, parfois, souvent même, les automobilistes sont sur les passages piétons en collant bien sur la voiture de devant, donc impossible de traverser.
Les gars des chantiers qui « garent » leurs engins sur les trottoirs…
A plein d’endroits de Metz, on doit être au milieu de la route car travaux d’un côté, rue barrée de l’autre.
Le goudron encore frais mais pas le choix, on est obligé de marcher dedans…
Sans oublier que souvent, dans les endroits en travaux, des qu’il fait nuit/sombre, il n’y a pas d’éclairage, donc on voit même pas où on marche et vive l’entorse qui peut survenir à tout moment si on ne voit pas un trou…Et des gens (automobilistes?piétons?) font tomber les barrières au milieu du trottoir et ceux tous les jours.
Il y avait aussi déjà avant plein de gens qui se garaient sur le trottoir, mais la c’est encore pire…Et il faut aussi garder son calme face aux automobilistes qui nous insultent car on traverse et eux veulent rouler.
Plus le niveaux sonore qui augmentent (plus de bouchon = plus de klaxons, comme si ça allait les éviter) et plus de police/ambulance/pompier qui abusent (?) de leur sirène à tout moment de la journée.
Autre désavantage, alors qu’on est à pied, donc normalement plus rapide, quand il y a du monde sur la route, on perd du temps à passer d’un trottoir à un autre, de devoir prendre des déviations qui changent souvent, donc on a même plus l’avantage du gain de temps.
Je plains sincèrement tous les parents/nounous…en poussettes/landaus, car je pense qu’à certains endroit, ils ne peuvent même pas circuler. Les personnes à mobilité réduites, en fauteuil, il vaut mieux pour eux ne pas sortir de chez soi…Et les malvoyants? Pareil…
Et j’espère vraiment qu’un drame ne va pas survenir sur une personne ou moi même (enfin moi je dois avoir une bonne étoile, plus de 100fois j’ai failli me faire percuter…) et si jamais à cause des travaux il y a un accident (à cause des voitures, des trous, des graviers…) et qu’on se retrouve à l’hôpital, vous croyez qu’on peut se retourner contre la ville car pas de « respect » envers les piétons?

Un an (environ) après et…

Depuis quelque temps, je voulais écrire un article sur les 1an (et un peu plus) de ma dépression mais dur dur de trouver les mots, quand tout change, quand tout est pareil en même temps…
Il aura fallu que j’écoute une chanson pour trouver l' »inspiration », les mots pour le dire et hop c’est parti. ^^ (la musique c’est vraiment la vie)
Cette musique qui me montre à quel point j’ai « évolué », changé et me rappelle les traces du passé, ce passé si proche…Les traces qui seront indélébiles, le souvenir de quand, pour ne plus souffrir (même si c est un beau leurre), je buvais pour oublier, pour dormir, pour ne plus vivre.
En un an, j ai remonté petit a petit la tête hors de l’eau, j’ai souri de nouveau a la vie, (enfin un peu, j’essaye), j’ai eu quelque frayeurs, j’ai parfois encore des frayeurs et dans ces moments la, je pense à certaines personnes.
Je crois que, même si on me dit le contraire, cette dép, cette après dép, a joué et joue en ma défaveur pour ceux qui savent, pas les amis (quoique…) mais dans les relations « amoureuse » (entre guillemet car le mot amour est trop fort et je n’y crois pas/plus) (même si on me dit le contraire), dans mes relations en général…
Soit j ai confiance, soit non, je reste méfiante, en retrait, même si ça ne se voit pas toujours, je ne dis plus autant tout ce que je pense ou trop, ça dépend, je n’arrive plus à vraiment dire ce que je ressens car je reste incomprise (problème des mots, pour chacun une signification différente)
Ce que je peux dire, c’est que j’ai parcouru un énorme chemin, assez pour être  à la surface et respirer, mais pas plus, je ne veux pas plus car si je replonge, je ne remonte plus, je n’aurai plus la force…
Comme à chaque fois qu’on sort de l’eau, on a l’effet « kiss kool » ^^ , tout le non vécu, la zombification, revient immédiatement en pleine tête et c’est dur de ne pas se laisser couler par facilité (ou non…)
Dans ces moments la, je pense aux personnes que j’aime, même si je ne leur dis pas, même si elles pensent que je les ai peut-être oubliées (alors que non).
Je sais maintenant que si je veux avancer, il ne faut pas/plus de projection, ni croire, avoir une réserve de confiance, rester méfiante et petit à petit avancer, sinon, je recoule, je bois la tasse comme en ce début 2012, j’ai failli me laisser me noyer, par croyance (croyance non religieuse ;)) et hop la tasse, le rouleau de la vague qui arrive sans prévenir, on doit soit faire face, soit se laisser emporter, il faut se laisser emporter quand on a plus de force, déjà 1an que je lutte contre les courants alors pourquoi encore forcer, c’est une tasse, il suffit de la digérer.
Ensuite vient le fait de se laisser vivre au jour le jour sans trop de projet, juste vivre c’est énorme, faut pas croire, ce n’est pa simple tous les jours, mais avec le soleil qui arrive c’est plus simple. 🙂
Le tout, c’est d’arriver à gérer mes « pulsions », à me retirer quand il le faut, à revenir aussi, il faut que je retrouve un vrai équilibre mais plus le même qu’avant, je ne suis plus la même…
Si vraiment la vague est trop forte je sais quel sera mon repli.
Donc, en gros, la dépression est finie (même si elle est encore présente au dessus ou en dessous de moi, tout dépend si elle me hape ou  m’enfonce), je revis un peu mais elle a laissé beaucoup de cicatrices (psy et phy) et je sais qu’elle a chamboulé beaucoup de choses dans ma vie, que je dois essayer de rattraper.
(article avec beaucoup de métaphores, mais quand il n’y a que cela pour expliquer ce que je ressens, qui explique ce qu’il se passe sans rentrer dans trop de détails…et un gros bisous à mon panda encore et toujours la :D)

Money, money, money…

Il y a peu, je me posais une « drôle » de question, depuis quand le système monétaire existe? Comment l’Homme c’est-il dit, « tiens à partir d’aujourd’hui on instaure ce système pour consommer/vivre ».

Je n’ai pas trouvé vraiment de réponse, juste que la 1ere création date de 687 av JC.
A partir de la, autre réflexion, depuis tout ce temps, il y a toujours ce besoin de « richesse » de l’Homme, comme si l’argent faisait le bonheur, il y a toujours les pauvres et les riches, prendre toujours plus aux pauvres, qui n’ont déjà rien…
Par moments, je me dis qu’il faudrait revenir au système de troc, d’échanges…ça réglerait bien des problèmes mais cela en ferait « rire » plus d’un car on est « civilisé », comme si les peuples qui utilisent/utilisaient ce système ne sont/n’étaient que des « animaux ».
L’argent ne fait pas le bonheur mais franchement quand on a pas d’argent, on n’est rien, on ne représente rien…
Même si d’autres valeurs sont plus importantes, dans nos sociétés actuelles, c’est la seule valeur qui compte.
Est-ce une bonne morale qui va payer le loyer? Est-ce le bon sentiment à l’égard d’autrui qui va payer les factures? Non, non et non.
Mais oui l’argent ne fait pas le bonheur car toutes les personnes riches/sans soucis financiers ne sont pas forcement heureuses mais au moins elles sont sures d’avoir un toit, de quoi manger, de quoi avoir une vie sociale…
Et qui n’a jamais « rêvé » de gagner au loto? (Encore l’appât du gain…)
Tout a une relation de cause à effet depuis la création de ce système et je me demande si cela ne serait pas mieux de revenir aux temps où il n’y avait pas besoin d’argent pour vivre et éviter des angoisses (souvent) liés à cette monnaie.

C’était ma ptite réflexion à la con du jour 😉