Monthly Archives: février 2015

Les « beaux-parents »

En lisant ce titre, vous avez surement pensé que j’allais parler de beau-papa et belle-maman, les parents du conjoint/conjointe. Normal, c’est la 1ere chose à laquelle on pense, c’est même la définition de « beaux-parents », mais que nenni, je vais parler de l’autre définition à ce mot, qui m’horripile au plus au point.
Je m’explique, il y a peu, je suis tombée sur une émission parlant des « nouveaux » beaux-parents, leurs rôles, comment ils gèrent…et surtout, surtout, ils veulent du « pouvoir » et un statut juridique. (on tombe sur la tête…)
Alors, qui sont ces (soi-disant) beaux-parents? Apparemment, des qu’une personne se met en couple avec quelqu’un qui a un enfant, paf, c’est un beau-papa/une belle-maman, il a un rôle à jouer (rôle affectif, rôle éducatif…) et puis, s’il y a séparation, paf, ces « beaux-parents » veulent garder la « garde » (le lien) avec cet enfant qui n’est pas le leur.
Le pire, c’est quand j’ai entendu comme témoignage « il faut un statut à ces nouveaux parents, pour le bien de l’enfant ».
La j’ai mon sang qui n’a fait qu’un tour, ma tension a augmenté…
Ça me met en colère!
Alors, l’enfant a déjà subit un traumatisme (séparation des parents), il est obligé d’accepter cette nouvelle personne (nouveau traumatisme) et en plus, il serait obligé de créer du lien avec et même si son père ou sa mère n’est plus avec, pour son bien à lui?! Je crois vraiment rêver…
Dans ce cas, si le « beau-parent » a un enfant, cet enfant devient automatiquement son frère ou sa soeur? …
Je trouve que le terme de « beaux-parents » est abusif, que demander une reconnaissance juridique est encore plus abusive!
Quand on décide de se mettre en couple avec une personne avec un enfant, on prend tout le pack mais on a AUCUN droit éducatif, AUCUN droit tout court sur cet enfant. On ne remplace pas le père ou la mère, on n’est pas un substitut de parent, on est le conjoint/la conjointe du père ou de la mère, on accepte l’enfant, on peut avoir une bonne relation avec, mais rechercher de la reconnaissance, non.
L’enfant a le droit de pas nous aimer, de ne pas vouloir passer du temps avec nous, il ne faut pas rechercher un statut spécial.
La relation est certes compliquée mais il a un père/une mère, les seuls qui ont un droit éducatif et juridique.
Il ne faut pas rentrer dans le lien parent/enfant, il faut accepter d’être mis à l’écart, car ils ont besoin de se retrouver.
C’est ensuite à l’enfant de voir et pas à nous d’imposer.
La relation peut très bien se passer mais ne pas être « triste » si l’enfant chez l’autre parent ne prend pas de nos nouvelles, s’en fiche qu’on soit la ou non…même si on s’entend bien avec.
C’est déjà assez difficile pour lui, d’autant plus si vous avez vous même un enfant.
C’est difficile à vivre pour votre enfant et celui du conjoint, on les oblige à bien s’entendre, à jouer ensemble, voir à partager sa chambre…
Et encore plein d’autres situations difficiles à vivre pour l’enfant (aller chez la famille du conjoint pour nouvel exemple ou devoir partager son temps entre son parent et ce nouvel enfant qui n’est pas son frère/soeur.)
Alors, en vu de tout cela, si vous vous séparez avec votre conjoint, vous vous séparez aussi de cet enfant qui n’est pas le votre, même si vous vous entendez bien. Ça sera à l’enfant de choisir de vous revoir, vous vous êtes déjà imposé…
Déjà que sa vie familiale est compliquée, que les papas n’ont pas encore assez de droit de garde, il faudrait aussi un statut pour ces « beaux-parents » sans lien de sang?
Je sais de quoi je parle, je suis enfant de divorcés, je sais ce que cela fait les « beaux-parents » et si mon conjoint à un enfant, je ne serais pas belle-mère, je serais la nouvelle conjointe du papa et c’est tout. J’ai pas un rôle éducatif à avoir, j’accepterais l’enfant, je ne briserais pas le lien et laisserai de l’espace pour que le père et l’enfant passe du temps ensemble, je passerais du temps avec l’enfant s’il le demande, je m’occuperais de lui, mais jamais au grand jamais je demanderais un rôle éducatif ni un statut juridique! Je prendrais soin de l’enfant et même s’il ne m’aime pas, cela sera au père de voir et réfléchir avec l’enfant et moi, comment cohabiter et pas à moi d’imposer, puisque de base je m’impose dans sa vie.
Les seuls beaux-parents, c’est quand le père ou la mère est décédé(e), que le nouveau conjoint veut/peut reconnaître l’enfant, mais si les deux parents sont vivants, il n’y a pas lieux de vouloir une reconnaissance narcissique et ce n’est surtout pas pour le bien de l’enfant mais du sien seulement…

(j’ai mis du temps à écrire cet article, je trouve que c’est une hérésie de parler de beaux-parents autre que par les parents du conjoint, je parle beaucoup avec le coeur et ne suis jamais sure de bien m’exprimer…et je ne condamne pas les « beaux-parents », je sais que c’est pas une situation facile, je « condamne » ceux voulant absolument un statut juridique d’une personne n’ayant pas de lien, une reconnaissance, qui n’a pas lieux d’être…ils sont les nouveaux conjoints du père ou de la mère, c’est tout)